Friday, December 15, 2017

Redemptorist Named Bishop of MacKenzie-Fort Smith Mgr Hansen nouvel Évêque à Whitehorse




Today, His Holiness Pope Francis appointed the Reverend Father Jon Hansen, C.Ss.R., currently pastor of the Our Lady of Victory Parish in Inuvik, NT, as Bishop of Mackenzie-Fort Smith.

Ad multos annos!

*****



Aujourd'hui, Sa Sainteté le pape François a nommé le Père Jon Hansen, C.Ss.R., présentement curé de la paroisse de Notre-Dame-de-la-Victoire à Inuvik (Territoires du Nord-Ouest), comme évêque de Mackenzie-Fort Smith.

 Félicitations, Excellence!

Thursday, November 23, 2017

Fr. René Latourelle, SJ (1918-2017)


I got to know Father Latourelle in his old age though I had come to know of his theological brilliance in reading his works during my theological studies. In recent years we would have delightful exchanges at the Jesuit Infirmary in Richelieu, Quebec when I would visit over the Christmas holidays. We hit it off. The following is the necrology (in French only) made available to his Jesuit confreres; it captures some of the character of the man.  May the Lord grant him a merciful judgment and the reward of his labours in service to Christ and His Church. RIP


René Latourelle est décédé dans la soirée du 16 novembre, à l’infirmerie jésuite de Richelieu. Il éprouvait, depuis quelque temps, des difficultés de respiration. Il ne donnait pas, cependant, des signes d’une mort imminente. Il est demeuré lucide jusqu’à la fin.

René est né à Montréal le 28 octobre 1918. Il était l’aîné d’une famille de six enfants : trois garçons et trois filles. Il fit ses études secondaires et collégiales au Collège Sainte-Marie (de 1930 à 1938).  Il entra au noviciat de la Compagnie de Jésus le 7 septembre 1938. Dans des jalons biographiques qu’il a lui-même rédigés, il note avec humour à propos de sa formation jésuite :

J’ai parcouru sans dépression les quatorze années du curriculum de formation de l’époque : deux années de noviciat, deux années d’études de lettres, deux années de philosophie, trois années d’enseignement au Collège Jean-de-Brébeuf, quatre années de théologie, une année de théologie spirituelle en Belgique, couronnée par deux années de recherche en vue d’un doctorat en théologie fondamentale, à Rome. Un glorieux total de seize ans ! J’ai été ordonné prêtre en 1950, à trente-deux ans, par Mgr Paul-Émile Léger.

Après avoir terminé sa thèse de doctorat, à l’Université Grégorienne, qui portait sur le Théologie de la Révélation, il fut professeur de théologie fondamentale aux Facultés jésuites de Montréal, de 1956 à 1959. Puis il fut appelé à Rome pour enseigner cette même discipline plus de 30 ans à l’Université Grégorienne, où il a été également doyen de la Faculté de théologie durant 12 années.

De cette période, la plus importante de sa vie, il écrit, dans son esquisse autobiographique, qu’il a « rencontré à la Grégorienne une équipe de professeurs d’une qualité exceptionnelle, unique peut-être dans l’Église : des hommes de réputation internationale, auteurs d’innombrables ouvrage, d’une cordialité et d’une magnanimité approfondie par la convivialité d’une communauté internationale ». Durant ces années à Rome, il siégea, à titre de consulteur de la Congrégation pour l’Éducation catholique, de 1973 à 1989.

À son retour de Rome, à la fin des années ’80, il prit conscience qu’il venait d’achever sa carrière de professeur et qu’il devait s’ouvrir à d’autres activités. S’il ressentit intérieurement un choc profond, dans un premier temps, il put se ressaisir assez rapidement en se consacrant à l’écriture et en s’ouvrant peu à peu à l’activité pastorale qui prit des visages multiples : prédication, conférences, retraites, sessions d’études. Cette deuxième étape de sa vie apostolique, aussi fructueuse que la première, se prolongea jusqu’au début des années 2000. Il écrivit plusieurs ouvrages sur les premiers missionnaires jésuites, qui ont œuvré au Canada, au dix-septième siècle : Brébeuf, Bressani, Chaumonot. Il aimait rappeler à des compagnons plus jeunes qu’il avait été l’initiateur de la publication Jésuites canadiens, alors qu’il était lui-même étudiant en théologie, en 1948.


Le Père Latourelle avait reçu l’Ordre du Canada, en 1991 et il avait été décoré de l’Ordre national du Québec, au titre de grand officier. À l’occasion de sa 90ème année, en 2008, le Pape Benoît XVI lui avait écrit une lettre de bons vœux, signée de sa main.

Lui survivent deux de ses sœurs (Jacqueline et Madeleine) et une belle-sœur (Hélène), qui était l’épouse de son frère Guy, décédé.

Le corps sera exposé à la chapelle de la Résidence Notre-Dame de Richelieu, le samedi, 25 novembre, à partir de 12h30.  Les obsèques seront célébrées dans la même chapelle à 14h. Le supérieur provincial, le P. Erik Oland, présidera la célébration et le P. André Brouillette prononcera l’homélie.




Thursday, November 9, 2017

Fr. "Gates" Deschamps (1931-2017) Décès du Père Gaëtan Deschamps


Father Gaëtan [Gates] Deschamps died peacefully on November 2, 2017 at the Glen Stor Dun Lodge; aged 86 years. He was the loving brother of Odette Benoit (late Ivan), Colombe Deschamps and Bernice Charron (Claude); predeceased by his parents Calixte and Leontine (née Forgues) Deschamps, also predeceased by his siblings Huguette Saucier (late Armand), Fleurette Cardinal (late Arthur), Normand Deschamps and Denise Tessier (late Garth). Father “Gates” will be greatly missed by many family and friends.

Gaëtan Deschamps was born on April 14, 1931 in St-Isidore-de-Prescott. He obtained his B.A. from the University of Ottawa before continuing his studies in Theology, first at St. Paul’s University and then at the Grand Séminaire in Montreal. He later obtained both a B.Ed. and a Master’s of Religious Sciences. He was ordained for the Diocese of Prince Albert, Saskatchewan on June 17, 1956.



Father Deschamps spent the first 36 years of his priesthood in the Diocese of Prince Albert where he was pastor of several parishes. He was also very involved in youth ministry, marriage preparation and enrichment as well as catechesis and RCIA.



In the summer of 1992, he returned to Cornwall. At that time Bishop Eugene LaRocque tasked him with establishing a Commission of the Family for the Diocese. During his 15 years as coordinator of the commission he was very involved in such programs as Engaged Encounter, Joie de Vivre, Réflets et Lumière, Colombes, Retrouvaille, Rebuilding and Loving Choices. He also led several popular Bible studies.



In 2001 he was named pastor of Blessed Sacrament, a parish he oversaw for four years. Since his retirement from active ministry in 2007, he suffered from general ill health.



Arrangements under the care and direction of LAHAIE & SULLIVAN CORNWALL FUNERAL HOMES, West Branch, 20 Seventh Street West (613-932-8482). Solemn Translation to Blessed Sacrament Church on Thursday, November 9, 2017 at 2 p.m.

Resting in state from 2 p.m. to 4 p.m. and from 7 p.m. to 9 p.m. on Thursday and from 10 a.m. until time of Service on Friday. Mass of the Resurrection with Commendation and Farewell will be celebrated on Friday, November 10, 2017 in Blessed Sacrament Church at 11 a.m. Cremation to follow.

As expressions of sympathy, in lieu of flowers, Funeral Masses or Memorial Donations to the Alzheimer's Society would be appreciated by the family. Messages of condolences may be left at www.lahaiesullivan.ca

Le révérend Gaetan (Gates) Deschamps est décédé à 4h20, le matin du 2 novembre 2017, journée de la Commémoration de tous les fidèles défunts.  Le père Gates avait 86 ans et 61 ans de sacerdoce. Bien que sa famille ait déménagé à Cornwall en 1945 et qu'il ait été élevé dans cette région, il a été ordonné prêtre pour le diocèse de Prince Albert, en Saskatchewan, le 17 juin 1956.
 
Le père Gates est né le 14 avril 1931 à St-Isidore-de-Prescott. Il a obtenu son B.A. de l'Université d'Ottawa avant de poursuivre ses études en théologie, d'abord à l'Université Saint-Paul puis au Grand Séminaire de Montréal. Il a ensuite obtenu un B.Ed. et une maîtrise en sciences religieuses.
 
Il a passé les 36 premières années de son sacerdoce dans le diocèse de Prince Albert où il a été pasteur de plusieurs paroisses. Il était également très impliqué dans la pastorale des jeunes, la préparation de mariage ainsi que la catéchèse et le RICA.
 
À l'été 1992, lorsqu’il est retourné à Cornwall,  Mgr Eugene LaRocque l'a chargé d'établir une Commission de la famille pour le diocèse d'Alexandria-Cornwall. Au cours de ses 15 années en tant que coordinateur de la commission, il fut très impliqué dans des programmes tels qu’Engaged Encounter, Joie de Vivre, Reflets et Lumière, Colombes, Retrouvaille, Rebuilding and Loving Choices.  Il a également dirigé plusieurs études bibliques populaires.
 
En 2001, il a été invité à être pasteur à Blessed Sacrament, une paroisse qu'il a supervisée pendant quatre ans.
 
Depuis sa retraite en 2007, il a été confronté à un certain nombre de graves problèmes de santé.
 
Arrangements funéraires:
La translation de la dépouille à la paroisse Blessed Sacrament se fera le 9 novembre et sera exposée de 14h à 16h et de 19h à 21h. Il n’y aura pas de visite au salon funéraire. La Messe de funérailles sera présidée par S.E. Mgr Prendergast le 10 novembre à 11h. 


Wednesday, November 8, 2017

Monseigneur Jacques Landriault Évêque émérite de Timmins (1921 – 2017)



C’est avec une profonde tristesse que nous annonçons le décès de Monseigneur Jacques Landriault, Évêque du diocèse de Timmins de 1971 à 1990.

Mgr Jacques Landriault est né à Alfred, Ontario le 23 septembre 1921, fils cadet d’une famille de 11 enfants, du mariage de feu Amédée Landriault et de feu Marie-Louise Brisebois. Il a fait ses premières années de cours secondaire chez les Pères Montfortains à Papineauville et son cours classique à l’Université d’Ottawa où il obtient son B.A. Entré au Séminaire universitaire Saint-Paul d’Ottawa, il y obtient un B.A. en Philosophie et une Licence en Théologie.

Ordonné prêtre le 9 février 1947, Mgr Landriault fut nommé vicaire à la paroisse Notre-Dame-de-la-Protection à Noranda pendant 6 ans, et par la suite, il devient vicaire à la paroisse de Malartic. En juillet 1953, il est nommé chancelier du diocèse de Timmins avec résidence à Haileybury.

Le 25 juillet 1962, en la cathédrale St. Finnan, il est ordonné Évêque titulaire de Cadi et Auxiliaire du diocèse d’Alexandria. De plus il est nommé vicaire général de ce diocèse et curé de la paroisse Sacré-Coeur d’Alexandria. De 1962 à 1964, Mgr Landriault participa à la deuxième et troisième session du Concile Vatican II à Rome.

Le 27 mai 1964, il est nommé évêque du diocèse de Hearst, où il œuvre pendant 7 ans. Le 30 mars 1971 Mgr Landriault est nommé évêque de Timmins tout en demeurant administrateur du diocèse de Hearst jusqu’en 1974. En novembre 1975, Mgr Landriault procède au déménagement de l’évêché de Haileybury à Timmins où il demeura jusqu’à sa retraite, le 13 décembre 1990. Mgr Jacques Landriault est reconnu comme un leader passionné, initiateur de renouveau dans l’Église de Timmins et précurseur de la formation des laïques.

En plus de la famille diocésaine, il laisse dans le deuil de nombreux amis ainsi que des neveux et nièces. Il fut précédé par ses frères : Aurèle, Charlemagne, Gaston, Rolland, Vincent, Benoît et ses soeurs : Yvette, Thérèse, Georgette et Madeleine.

Les premières funérailles, présidées par S. Ex. Mgr Terrence Prendergast, Archevêque Métropolitain d’Ottawa, auront lieu le jeudi 9 novembre 2017, à midi en la Cathédrale Notre-Dame d’Ottawa, rue Sussex; la dépouille mortelle sera exposée au même endroit à partir de 10 heures le même jour. S. Exc. Mgr Paul-André Durocher, Archevêque de Gatineau, originellement prêtre de Timmins, prononcera l’homélie.

Les secondes funérailles, présidées par S. Exc. Mgr Serge Poitras, Évêque de Timmins, auront lieu le samedi 11 novembre à midi, en la cathédrale Saint-Antoine-de-Padoue, 274 5ième avenue, Timmins. La dépouille mortelle sera exposée au même endroit le vendredi 10 novembre à partir de 14 heures jusqu’à 21 heures, ainsi que le matin des funérailles à partir de 10 heures. S. Exc. Mgr Paul-André Durocher, Archevêque de Gatineau prononcera l’homélie.

Les arrangements funéraires sont confiés à la Maison Funéraire Racine, Robert, Gauthier, 180 chemin Montréal, Ottawa; et à la Maison Funéraire Lessard-Stevens Inc. au 21, rue Elm Sud, Timmins.

Des dons commémoratifs peuvent être offerts à la Cathédrale de Timmins.

Sunday, November 5, 2017

Father Frederick J. Power S.J. was a Promoter of Devotion to the Sacred Heart of Jesus


 

Father Frederick Joseph Power, S.J. died peacefully on November 2, 2017 at René Goupil House, Pickering, ON. He was in his 94th year and in religious life for 75 years and a priest for 62 years.

Frederick, the son of Robert B. Power and Georgia A. Tramley, was born in Moncton, NB. After three years of high school, he followed his older brother John (who died in 1980) and entered the Society of Jesus at Guelph on July 30, 1942. Completing his novitiate, he pronounced first vows on July 31, 1944, then did the usual juniorate studies. In 1946, he went to Toronto and attended the Jesuit Seminary for philosophy. As a Jesuit scholastic, he taught at Campion High School, Regina, SK from 1949 to 1952 and returned to Toronto for theology studies.

Father Power was ordained on June 19, 1955 in Midland, ON at the Martyrs’ Shrine as that was an anniversary year at the Shrine, marking 25 years since the canonization of the Canadian Jesuit Martyrs. Tertianship, his final year of Jesuit formation followed in 1956 at Cleveland, OH; he pronounced his Final Vows on February 3, 1958.



Fr. Fred began his life-long apostolate right after tertianship when he was appointed to the office of the Eucharistic Crusade, a branch of the Apostleship of Prayer. For the next 56 years, he was totally involved in promoting devotion to the Sacred Heart of Jesus. He was National Director, Editor and Promoter of the Apostleship of Prayer, The Messenger of the Sacred Heart, and the Sacred Heart Program. He wrote and edited extensively.

Fr. Fred managed all of this on a shoestring budget by putting in long hours of steady work. He went out to his office on Danforth Avenue, in East Toronto faithfully for decades, working there with his small but dedicated staff.

Fr. Power travelled throughout Canada promoting this devotion and was recognized as a dedicated holy priest fulfilling the mandate given to the Society of Jesus by the Church. He wrote several books on the Sacred Heart, then published a series on reading the Old and New Testaments, and later, a 7-part series for the Jesuit Province IgNation blog called, “Some Thoughts on Praying,” which was well researched and quite informative.

Community life was a mainstay for Fr. Fred and he took part in all its activities and works. Both at Hevey House, the guesthouse on Jarvis St., and at 2 Dale Ave., he amazed younger Jesuits with his energetic cleanup of the dishes and pots and pans after every dinner without fail until his last days in those communities. A gentleman of the old school, his manner of welcoming young and old to his community was gracious and warm.

Once Fr. Fred turned over the responsibilities of his mandate to other hands, he moved readily in early summer of 2014 to the Jesuit Infirmary at Pickering. He was appointed chaplain there and regularly oversaw devotions: the Saturday rosary, Benediction on First Fridays, and other liturgical events.

Blessed with good health during his long life, he was in his final years an inspiration to many at Pickering. The week before he suffered a mild stroke he was seen doing his daily walk around the property aided by a walker.

There will be a visitation on Sunday, November 5, 2017 from 7-9 PM at St. Ignatius Chapel, Manresa Retreat House, 2325 Liverpool Road, Pickering, ON (with a wake service at 8 PM).

The funeral liturgy will be celebrated there the next day, Monday, November 6 at 10:30 am (followed by a reception); burial will be at the Jesuit Cemetery, Guelph, ON, later that same day at 2:30 PM.

Requiescat in pace.

Tuesday, October 31, 2017

New Chaldean Eparchial Bishop in Canada * * * * * Nouvel évêque éparchial de Mar Addai au Canada



Today it was announced in Rome that the Most Reverend Bawai Soro, Protosyncellus (the chief deputy of a bishop) of the Chaldean Catholic Church of the Eparchy of St. Peter the Apostle of San Diego,  has been appointed as new Eparchial Bishop of the Mar Addai Chaldean Eparchy of  Toronto, Canada.

Until the new Eparchial Bishop takes canonical possession of the Eparchy, the Most Rev. Francis Kalabat, Eparchial Bishop of St. Thomas the Apostle of Detroit of the Chaldeans, will remain the Apostolic Administrator sede vacante of the Mar Addai Chaldean Eparchy of Canada.

*****

Aujourd’hui à Rome on a annoncé que Mgr Bawai Soro a été nommé comme nouvel évêque éparchial de l’éparchie chaldéenne Mar Addai du Canada.

En attendant que le nouvel évêque éparchial prenne possession de l’éparchie, Mgr Francis Kalabat, actuellement évêque éparchial de Saint-Thomas l’apôtre des Chaldéens de Détroit, continuera d’être l’administrateur apostolique sede vacante de l’éparchie chaldéenne Mar Addai du Canada.

 Félicitations, Excellence! Ad multos annos!

Saturday, July 22, 2017

DÉCÈS L’ABBÉ CÔME CHÉNIER


L’abbé Côme Chénier est décédé le jeudi 20 juillet 2017 à l’âge de 85 ans. Il est né à Plantagenet, Ontario le 21 juillet 1931. Il était le fils de feu Albert et de feu Georgine Chénier. Il fut le deuxième d’une famille de 9 enfants. Côme a fait ses études primaires à Plantagenet suivi d’études au Collège de Rigaud. Par la suite, il a poursuivi ses études en théologie au Grand Séminaire d’Ottawa et fut ordonné prêtre le 8 juin 1958.

Il a fait ses débuts en tant que Vicaire à la paroisse Notre-Dame-de-la-Présentation à Ottawa pendant une période de 3 ans pour ensuite servir en tant que Missionnaire au Brésil de 1961 à 1992. Durant sa présence au Brésil, il fût curé de plusieurs paroisses ainsi que supérieur de la société St-Dominique pendant presque 30 ans.

De retour au Canada, il a été administrateur de la paroisse Saint-Jean-Baptiste de l’Orignal pendant 1 an. Il a été prêtre à la paroisse Très-Sainte-Trinité de Rockland (1994-2005). Il a ensuite pris une retraite obligée dû à des problèmes de santé (dystrophie musculaire).

L’abbé Côme Chénier fût un homme qui a marqué la vie de plusieurs personnes et qui a su se faire de nombreux ami (es) partout où il a exercé son ministère.

Il était le frère de : feu Bernard (Pauline), Andrée (feu Séraphin Richer), Georges-Étienne (feu Micheline), Céline (Dr. Georges Bédard), Jean-Marc (Rolande), feu Maurice (Rolande), François et Luc.

Il laisse également dans le deuil plusieurs neveux, nièces et ami(es). Les funérailles seront célébrées le mardi 25 juillet 2017 à 11 h, à l'église Très-Sainte-Trinité, 2178 rue Laurier, Rockland Ontario.

Il sera exposé à la maison funéraire le lundi 24 juillet 2017 de 19 h à 21 h et mardi matin à compter de 9 h 30 à l’église Très-Sainte-Trinité. Inhumation au cimetière Ste-Croix de Rockland.

Requiescat in pace.

Thursday, June 29, 2017

Nouvel évêque de Saint-Hyacinthe/New Bishop of St Hyacinthe Diocese

Sa Sainteté le pape François a aujourd'hui accepté la renonciation de Son Excellence Monseigneur François Lapierre, P.M.É., comme évêque de Saint-Hyacinthe, conformément au canon 401 §1; et a nommé le Père Christian Rodembourg, M.S.A., présentement curé à la Co-Cathédrale Saint-Antoine-de-Padoue de Longueuil (Québec), comme évêque de Saint-Hyacinthe.

Ad multos annos!

* * * * *

It was announced today in Rome that His Holiness Pope Francis has accepted the resignation of the His Excellency François Lapierre, P.M.É., as Bishop of Saint-Hyacinthe, according to canon 401 §1; and has appointed Rev. Father Christian Rodembourg, M.S.A., currently Pastor of the Co-Cathedral Saint-Anthony-of-Padua of Longueuil (Quebec), as Bishop of Saint-Hyacinthe.

Best wishes and prayers, Your Excellency!

Sunday, February 26, 2017

Pour Vivre le Carême en 2017


Selon la coutume, c’est le dimanche de l’Épiphanie que l’Église fait l’annonce des dates importantes à venir durant l’année qui débute. Cette année, la grande fête de Pâques – le dimanche de la Résurrection – sera célébrée avec solennité le 16 avril prochain. 

Les quarante jours du temps de Carême qui débutera le mercredi des Cendres, le 1er mars sont étroitement liés à la fête de Pâques.

Le but du Carême est de permettre aux disciples de Jésus de remettre de l’ordre dans leur vie, de se remettre sur le droit chemin, de se bien préparer à fêter Pâques.

Traditionnellement, le Carême nous présente trois voies pour nous rapprocher de Dieu : la prière, le jeûne et l’aumône. La sagesse que renferment ces trois pratiques chrétiennes tient au fait qu’elles font appel, à la fois, à la contribution de notre réalité corporelle et spirituelle dans notre recherche de Dieu.

Choisir de dévouer une plus grande partie de notre temps à la prière, nous aide à prendre du recul par rapport aux demandes incessantes que nous retrouvons dans nos vies de tous les jours et nous aide à mieux entendre et à mieux répondre à la douce voix de Dieu qui nous parle dans notre présent, dans notre aujourd’hui.


Comme sainte Mère Teresa nous le faisait remarquer, « Prier, ce n'est pas demander. Prier, c'est se mettre entre les mains de Dieu, à sa disposition, et écouter sa voix au plus profond de nos cœurs. » Vouloir se mettre à l’écoute de Dieu est une disposition nécessaire pour vivre un bon Carême.

Le jeûne et l’abstinence sont également des éléments importants dans la vie de foi des catholiques. Durant le Carême, les catholiques doivent s’abstenir de manger de la viande le mercredi des Cendres et tous les vendredis, et jeûner, ne prendre qu’un seul repas complet, le mercredi des Cendres et le Vendredi saint. 

Ces pratiques témoignent, dès le premier jour du Carême, le mercredi des Cendres, de notre désir de nous convertir et sont également signes de notre désir de témoigner de manière spéciale, le Vendredi saint et chaque vendredi, de notre gratitude envers notre Seigneur Jésus qui a accepté de donner sa vie pour nous. 

Les autres actes de pénitence que nous acceptons de faire durant le Carême, tels que nous abstenir de manger des bonbons ou des pâtisseries, nous abstenir de boire de l’alcool ou de fumer, de même que de nous priver de quelques autres plaisirs pourtant bien légitimes, nous aident à faire de notre sacrifice un instrument personnel qui nous aide à nous détourner du péché et à croire dans la « Bonne Nouvelle ».

On ne jeûne pas pour rétrécir notre tour de ventre afin d’être en mesure de porter les vêtements que nous présente la nouvelle mode printanière ! Il s’agit plutôt d’une pratique qui nous permet d’acquérir une discipline, la capacité de dire « non » à des choses que nous aimons, et de renforcer notre volonté, notre vie spirituelle. Ceci nous aide à résister à la tentation de faire le mal.

Jeûner est également un geste qui témoigne de notre solidarité avec le grand nombre de nos frères et sœurs qui, chaque soir, doivent aller se coucher le ventre vide ou avec la soif aux lèvres. Jeûner, ressentir de la faim, nous motive à vouloir aider ceux et celles qui ont vraiment faim.

Faire l’aumône, pratiquer la charité, c’est volontairement accepter de faire le sacrifice de mettre de côté un peu de notre confort et de notre abondance afin de pouvoir partager davantage avec ceux et celles qui sont vraiment dans le besoin. Voilà un geste essentiel que nous devons accentuer pendant le Carême. 

Donner généreusement nous garde de l’idolâtrie du matérialisme. Notre Seigneur Jésus Christ nous le dit, chaque fois que nous avons habillé une personne qui était nue, donné à manger à celle qui avait faim ou donné à boire à celle qui avait soif, c’est à lui que nous l’avons fait (Matthieu 25, 31-41).

Les sacrifices que nous faisons durant le Carême nous permettent d’économiser et de donner davantage aux pauvres. Nous devons nous faire proches de nos frères et sœurs dans le besoin, autant des personnes qui vivent tout près de nous que de celles qui vivent à l’étranger.

Pour ce faire, nous pouvons contribuer aux bonnes œuvres de notre paroisse et aux campagnes en faveur des pauvres de ce monde organisées par des organismes comme Développement et Paix, agence créée par les évêques du Canada, il y a déjà cinquante ans, pour aider les pauvres et promouvoir la justice sociale dans les pays de l’hémisphère Sud. 

Penser aux autres et donner généreusement nous permet de satisfaire notre besoin de partager et d’aider notre prochain, et de reconnaître que nous sommes tous des enfants de Dieu.

Enfin, la célébration du sacrement de Réconciliation est un geste important qui peut nous aider alors que nous allons notre chemin vers la sainteté. L’Église recommande fortement aux catholiques de faire une bonne confession au moins une fois l’an, dans le temps pascal. Se confesser est une façon privilégiée qui nous est donnée pour grandir spirituellement.


En fin de compte, le Carême est un cadeau que l’Église offre aux chrétiens. Il ne s’agit pas d’une punition qui nous revient une fois l’an. Le Carême est un temps qui nous est donné pour nous préparer à célébrer dans l’allégresse le moment le plus important de notre vie personnelle de chrétiens et de chrétiennes, ainsi que dans l’histoire du cosmos, c’est-à-dire la Passion, la Mort et la Résurrection de Jésus Christ!

Saturday, February 25, 2017

Making Plans for Living Lent 2017


The Church traditionally announces the important dates of the year on Epiphany Sunday. The key one is the solemnity of the Resurrection of Jesus, Easter Day—on April 16 this year.

Closely tied to that is the forty-day period of Lent that begins on Ash Wednesday, March 1. 

Lent’s purpose is to reorder the lives of the disciples of Jesus where they went astray. The time-honoured ways to draw nearer to God in Lent are prayer, fasting, and almsgiving.

The genius of these dependable Christian practices is how they acknowledge our spiritual and physical natures in our yearning for God.

Purposely spending more time in prayer helps us step back from the pressing demands of busy lives. Then, we can better hear and respond to God’s quiet voice in the present.

St. Mother Teresa once remarked, “Prayer is not asking. Prayer is putting oneself in the hands of God, at His disposition, and listening to His voice in the depth of our hearts.” Being intentional about listening to God is a basic Lenten practice.



Fasting and routinely abstaining from meat are important aspects of a Catholic’s devotional life. 

Catholics are to abstain from meat on Ash Wednesday and the Fridays of Lent. We are to fast (eat only one full meal) on Ash Wednesday and Good Friday. This expresses our desire for personal renewal at the start of Lent on Ash Wednesday. We show gratitude for the Lord Jesus’ gift of his life for us on Fridays, especially Good Friday.

Other traditional acts of “giving up” sweets, alcohol, tobacco or other pleasures during Lent help us personalize our spirit of sacrifice. We “turn from sin and believe the Good News.”

Fasting isn’t about dieting to shrink our waistline for a new spring wardrobe! Rather, it is about disciplining ourselves by saying “no” to things we like—to build up our spiritual will. This strengthens us to avoid other temptations to wrongdoing.

Fasting also expresses solidarity with our many fellow humans who go to bed hungry or thirsty each night. The Lenten fast, with its small hunger twinges, motivates us to help the truly hungry.

Almsgiving or charity is the practice of intentionally sacrificing a little of our own comfort and lives of abundance. We share with those who are in genuine need. This is an essential Lenten discipline. Sacrificial giving releases us from the idolatry of materialism. Our Lord Jesus Christ tells us that when we clothe the naked, feed the hungry, or assuage the thirst of another person, we do it to him (Matthew 25:31–41).

Almsgiving flows from saving money by these sacrifices. We should care especially for the needy near and far. We can take part in our parish’s social outreach. We can also support the Lenten campaign for the poor of the world conducted by Development and Peace, founded fifty years ago by the Bishops of Canada to promote social justice in the Global South. Being other-centred by purposely giving to charity connects our innate need to help with our recognition that we are all God’s children.

Finally, the Sacrament of Reconciliation is a big part of our quest for holiness. The Church urges Catholics to make a good confession each year during the days surrounding Easter. The practice of confession is a major impetus to spiritual growth.

Ultimately, Lent is the Church’s gift to Christians, not a seasonal punishment. It helps us prepare more worthily and joyfully to celebrate the most profound moment in our personal life and the history of the cosmos—the Passion, Death and, Resurrection of Jesus Christ!

[Originally published in the Ottawa Sun on February 19, 2017]

Wednesday, January 11, 2017

Death of Father André FORTIN Décès de M. l’abbé André FORTIN


C’est avec regret que nous vous faisons part du décès de M. l’abbé André FORTIN décédé a l’Hopital Montfort le lundi 9 janvier 2017 à l’âge de 84 ans.

Né le 5 juin 1932 à Cobalt, Ontario, il a été ordonné prêtre le 17 juin 1960 à la paroisse Saint-Jean-Marie Vianney, Gatineau. Détenteur d’une maîtrise en bibliothéconomie, ainsi d’une licence en droit canonique, il a été professeur au petit séminaire Pius X pendant près de dix ans, assistant-chancelier, archiviste et, ensuite vicaire judiciaire adjoint puis vicaire judiciaire au Tribunal ecclésiastique de l’archidiocèse d’Ottawa, poste qu’il a occupé jusqu’à sa retraite en 2004. Il a également exercé du ministère dans plusieurs paroisses francophones, anglophones  et bilingues à titre d’administrateur, d’assistant curé et de curé.

Les funérailles de l'abbé André Fortin seront célébrées le lundi 16 janvier à 10 h 30 à la chapelle de la Maison-mère des Soeurs de la Charité d'Ottawa, 27 rue Bruyère, Ottawa et seront présidées par S.E. Mgr Terrence Prendergast, s.j.

Souvenons-nous de lui et de sa famille dans nos prières.

* * * * *

We regret to inform you that Father André FORTIN died on Monday, January 9, 2017 in his 85th year following a brief illness.

Born on June 5, 1932 in Cobalt, Ontario, he was ordained to the priesthood on June 17, 1960 at Saint Jean Marie Vianney Parish in Gatineau. Holder of a Master`s degree in Library Science and a license in Canon Law, he taught at St. Pius High School for close to ten years, served the archdiocese as Assistant-chancellor, Archivist, Associate Judicial Vicar and Judicial Vicar of the Ottawa Ecclesiastical Tribunal until his retirement in 2004. Father Fortin also served French, English and bilingual parishes in the Archdiocese as Administrator, Assistant Pastor and Pastor. 

In his retirement he frequently celebrated  daily Mass for the Sisters of Charity, a short walk from his apartment near Notre Dame Cathedral.

The Funeral Mass will be held on Monday, January 16 at 10:30 a.m. in the Chapel of the Sisters of Charity Motherhouse at 27 Bruyère Street, Ottawa, presided by Archbishop Terrence Prendergast, S.J.

Please remember him and his family in your prayers.

Requiescat in pace.

Wednesday, January 4, 2017

Bishop McGrattan Named Bishop of Calgary, Succeeds Bishop Henry

Mgr William Terrence McGrattan

Aujourd'hui, Sa Sainteté le Pape François a accepté la renonciation de S.E. Mgr Frederick B. Henry, conformément au canon 401, et a nommé S.E. Mgr William T. McGrattan, actuellement Évêque de Peterborough, Évêque du Diocèse de Calgary (AB).

Mgr Frederick B. Henry

Today in Rome it was announced that Pope Francis, in accordance with Canon 401,  has accepted the resignation of Bishop Frederick B. Henry and has named as his successor as Bishop of Calgary, Alberta His Excellency Bishop William T. McGrattan, currently Bishop of Peterborough, Ontario.